Retrouvez le texte méditatif du temps de recueillement, samedi 30 octobre après-midi, issu de Prie en Chemin.

Introduction

Nous voici au début de ce rassemblement de la famille ignatienne. Nous venons d’horizons différents, parfois de loin (de l’île Maurice, de la Réunion, de Grèce, du Luxembourg, de Belgique ou des quatre coins de France). Nous sommes seuls ou en famille, ou avec des amis. Nous appartenons à des groupes ou mouvements différents ; par exemple la Communauté Vie Chrétienne, les différentes congrégations religieuses, les établissements scolaires, le Mouvement des cadres et dirigeants chrétiens, le MEJ, et bien d’autres encore… Cela fait longtemps qu’on parle de ce rassemblement. Et l’on n’était même pas sûr qu’il puisse avoir lieu. Pourtant, nous y sommes ! Ensemble, à Marseille, au cœur de cette ville qui nous accueille pour notre Rassemblement de la famille ignatienne : « Au large avec Ignace ! »

Je prends conscience que je suis là, que nous sommes là tous ensemble, enfin réunis. Le Seigneur nous a réunis. Un instant, nous nous présentons sous le regard aimant de Dieu. Nous pouvons fermer les yeux, respirer profondément pour accueillir sa présence à nos côtés., aux côtés de nos frères et sœurs ignatiens, aux côtés des habitants de Marseille.

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit, Amen.

Demande de grâce

Au début de ce temps de prière, je me confie au Seigneur. Beaucoup de choses peuvent habiter mon cœur et mon esprit à ce moment, concernant ma propre vie, la vie de l’Eglise et de notre monde. Avec mes mots, je lui demande de pouvoir vivre ce rassemblement avec « un cœur large et généreux », comme nous y invite St Ignace, pour accueillir tout ce qu’il me dira à travers ce que je vivrai ici, dans les moments de rencontres, de prière, de débats… Oui, que mon cœur sois large et généreux. Qu’est-ce que je désire vivre durant ces jours ?

Texte de Mgr Aveline

Laissons-nous accueillir par Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille, avec les propos qu’il partageait à la presse, il y a quelques semaines :

« Forte d’une pluralité culturelle et religieuse unique, Marseille est la dernière grande ville cosmopolite. Alexandrie, Istanbul, Beyrouth, Le Caire l’ont été, mais ne le sont plus. Comme l’a dit Jean-Paul II à propos du Liban, Marseille est un « message » qui envoie au monde l’image d’une possible convivialité, d’une unité de la famille humaine et d’une dignité des personnes. J’y vois avant tout un message d’espérance : cette idée qu’en travaillant ensemble on peut surmonter les difficultés. Dieu sait qu’il y en a, des difficultés, mais Marseille a aussi beaucoup de ressources. Je pense notamment à cette fierté d’être marseillais, à cet attachement à la ville de la part de ses habitants. »

0

Je débute ma prière en pensant à Marseille que j’ai commencé à découvrir avec d’autres cet après-midi. Au centre, le vieux port qui est le cœur de la ville. Il en fut aussi l’origine quand des colons grecs débarquèrent 600 ans avant notre ère. J’imagine une crique accueillante, protégée du vent. Un lieu idéal pour accueillir la vie. Oui, Dieu donne sans compter.

1

Marseille est une ville accueillante, refuge pour beaucoup durant des siècles, tournée vers le monde, intimement liée à la mer Méditerranée. Cette Méditerranée, source de richesse et d’échanges mais aussi depuis toujours, lieu de tensions et d’oppositions, et lieu de mort pour tant d’exilés qui fuient des conditions de vie inhumaine. Je rends grâce pour les solidarités qui naissent au cœur de ces situations tragiques et confie au Seigneur celles et ceux morts, disparues en mer, victimes aujourd’hui encore de nos peurs et replis sur soi.

2

La date choisie pour notre rassemblement n’est pas anodine : la Toussaint. Une fête qui nous appelle à nous réjouir en faisant mémoire de tant de belles figures qui dessinent le véritable visage du Christ et de l’Église. Saint Ignace en est une. Un instant, je me confie à son intercession ou à celle d’une sainte ou d’un saint qui m’inspire particulièrement.

3

Depuis 2020 le monde est traversé par une crise sanitaire sans précédent, nous faisant prendre conscience de manière aiguë de notre fragilité et de notre interdépendance. Même si la situation semble s’améliorer en de nombreux endroits, nous pouvons prier pour toutes les personnes qui souffrent encore de cette pandémie, qui ont perdu des proches, nous prions aussi pour tous ces acteurs souvent anonymes et discrets qui œuvrent auprès des malades.

4

Il y a quelques jours, le rapport de la Commission sur les Abus dans l’Église (CIASE) a été rendu public, dévoilant l‘ampleur des crimes qui ont été commis et parfois même consciemment cachés. Je prie pour les victimes. Je demande d’oser continuer à avoir foi en cette Église pécheresse mais appelée à refléter le visage du Christ. Je prie pour sa conversion. Et je demande la force et la confiance pour qu’ensemble nous nous engagions pour reconstruire l’Eglise.

Invitation à la prière personnelle

A la fin de cette prière, je me tourne vers le Seigneur. Je lui dit ce qui m’habite au profond de mon cœur, ce que je désire vivre durant ce rassemblement. Je peux lui confier une situation qui me touche particulièrement. Je lui parle comme un ami parle à un ami.

Prière finale

Prends Seigneur et reçois

Avec mes voisins de prière

Si je suis avec d’autres, je peux leur partager un fruit de ma prière.