La Toussaint se rapproche et avec elle, le rassemblement à Marseille.
8000 personnes sont attendues, venant aussi bien de France, que de Belgique et du Luxembourg, et de tous les mouvements qui se reconnaissent de spiritualité ignatienne.

Cela dit, concrètement, comment fait-on pour organiser ces trois journées ?

Olivier Dewavrin, scolastique jésuite, est membre de l’équipe de pilotage, qui organise le rassemblement. Il témoigne.

Qui se cache derrière l’organisation du Rassemblement ?

« Six personnes coordonnent la préparation de l’événement. Cette équipe de pilotage est riche de divers horizons ignatiens, puisqu’elle est composée de deux jésuites, d’une sœur xavière, du directeur du MEJ et de deux membres de CVX.

Travailler ensemble est une belle manière de tirer parti de cette diversité et d’apprendre la collaboration. »

Photo des membres de l'équipe de pilotage, lors d'une réunion Zoom

L’équipe de pilotage représente bien la diversité de la famille ignatienne : elle est composée de 6 membres, provenant de 4 mouvements différents.

De gauche à droite, et de haut en bas :

  • Catherine Leconte, membre de CVX
  • Stanislas de Javel, directeur national du MEJ
  • Olivier Dewavrin, scolastique jésuite à Marseille
  • Anne Kerrand, soeur xavière
  • Thierry Lamboley, jésuite à Paris
  • Bernard Ricci, membre de CVX

Toute la famille ignatienne affairée à la préparation du rassemblement

« Six personnes, c’est un bon début, mais cela ne suffit pas, tant les compétences doivent être nombreuses et variées. Nous avons donc proposé aux divers mouvements de la famille ignatienne (MCC, CVX, MEJ, établissements sous tutelle jésuite, Réseau Magis, religieux et religieuses, consacrés…) de former des équipes.

Chacune travaille sur un sujet précis allant de la gestion des repas à la recherche de logement chez l’habitant, en passant par la liturgie, les crèches, le programme des collégiens et lycéens, les déambulations et tant d’autres encore.

Près de 22 équipes sont aujourd’hui en marche, toutes composées d’entités différentes de la famille ignatienne. Aujourd’hui, c’est donc une véritable petite ruche de presque 150 bénévoles, laïcs, religieux, religieuses ou étudiants qui, en plus de leur travail et/ou de leur mission apostolique, donnent du temps pour ce rassemblement. »

Des origines différentes, un but commun

« Préparer Au large avec Ignace, c’est donc certes un sacré casse-tête, mais ces trois jours sont attendus et le projet suscite un grand dynamisme. Je suis d’ailleurs témoin que les équipes expriment toujours, à un moment, leur joie de travailler ensemble. Ce rassemblement, parce qu’il est préparé entre personnes venant d’horizons différents, permet donc de multiplier les occasions d’apprendre à se connaître et à s’apprécier.

C’est peut-être ainsi que les ignatiens forment une famille, qui se tisse en cheminant ensemble. Et c’est un fruit que le covid ne pourra pas nous ôter ! »

 

Pour aller plus loin