Sœur Joséphine fait partie de la congrégation des sœurs de Marie Réparatrice.
Elle nous livre son témoignage sur saint Ignace et la spiritualité ignatienne.

Qu’est-ce que la spiritualité ignatienne ?

La spiritualité ignatienne est devenue pour moi un aspect très important de ma vie qui m’invite à connaître le Christ plus intimement, l’aimer plus ardemment et le suivre de plus près.

J’ai découvert cette spiritualité grâce à une retraite de 3 jours. Ce qui m’a marquée, c’est la proposition de relire ma vie et de la vivre quotidiennement.

C’est un moyen d’apprendre à discerner les mouvements et à me connaître intérieurement. Un fil conducteur dans les choix très importants que je prends au quotidien.

Que vous a-t-elle fait découvrir ?

Dans la spiritualité ignatienne, on apprend à discerner et cela m’amène à découvrir mes « désirs les plus profonds et mon moi le plus vrai ».  Ceci est toujours possible lorsque je me laisse guider par l’Esprit Saint. En l’écoutant, j’arrive à ressentir ce qui se passe en moi, je découvre mes qualités, mes limites et mes propres fragilités.

J’apprends à mettre des mots sur mes sentiments intérieurs, à faire le discernement entre les différents esprits, et précisément à entrer en relation avec Dieu et les autres. Faire les choix qui m’orientent vers la vie, et donc à m’écouter intérieurement (relecture, prière d’alliance).

Cette relecture de vie demande d’être présente et active afin de sentir et de savoir ce qui se passe en moi. Le fait d’y revenir souvent devient une habitude, notamment dans les moments où je me sens parfois pleine de vie, heureuse ou triste sans savoir d’où viennent ces sentiments. Il est donc important de s’arrêter et se poser des questions concernant la manière dont on se sent.

Tout cela peut arriver grâce au lâcher prise. L’Esprit Saint à une place toujours dans ma prise de décision, il est mon guide, ma source de lumière et le révélateur du chemin de la vérité.

Dans la spiritualité ignatienne, on découvre que l’homme est fait pour être heureux et cocréateur avec Dieu.

Comme sœur de Marie Réparatrice, la spiritualité ignatienne m’aide à mieux vivre ma mission auprès des enfants que j’accompagne en Catéchèse et au MEJ pour les aider à grandir humainement et spirituellement. Je vis mon insertion dans une équipe d’aumônerie d’hôpital en cherchant à prendre soin de l’humanité souffrante, dans un esprit de compassion comme Marie pour consoler et réconforter.

Je garde la conviction que « seul l’amour répare, recrée et embellit ».