Le riche programme du rassemblement « Au large avec Ignace », du 29 octobre au 1er novembre, comprenait un programme « Familles ».

Témoignages de Véronique Gresset, responsable de ce programme ainsi que de la Pastorale des familles chez les jésuites, et de Théophile Désarmeaux, jésuite.

En familles, au large, avec Ignace !

Témoignage de Véronique Gresset

Le grand rassemblement ignatien de Marseille se devait d’être accueillant aux familles qui voulaient vivre ce temps fort avec leurs enfants.

Mais comment concilier le rythme d’une famille avec de très jeunes enfants ou avec des adolescents, tout en étant pleinement intégré dans ce grand rassemblement de 7 000 personnes ?

C’était tout l’enjeu de cette proposition de la Province des jésuites d’Europe Occidentale Francophone et ce fut un vrai challenge pour notre petite équipe !
Il a fallu inventer une formule au rythme souple, avec des propositions légères, adaptées, et bien accompagnées, le tout dans un parti pris de résolue bienveillance.

Nous avons donc construit une douzaine d’« équipages » composés chacun de trois familles et d’un jésuite qui ont pu naviguer en régate, à leur rythme, tout en profitant tous ensemble des nombreuses escales du grand rassemblement !

A Marseille, le temps a été au soin mutuel et à la rencontre. Toutes ces petites « Eglises domestiques » si chères au Pape François sont reparties, semble t-il, heureuses et vivifiées, et nous l’espérons, confiantes en un monde ouvert et diversifié.

Cette magnifique aventure est achevée, mais la route est encore longue. Alors continuons ensemble à chercher des chemins nouveaux, au large, et « cheminons familles, continuons à marcher ! »

Les parents sont des transfigurés

Témoignage de Théophile Désarmeaux sj

Le temps d’un week-end, me voilà plongé dans le monde terrifiant et merveilleux de la famille.

Et pendant tout ce temps je me demande : comment peut-on endurer la joie, la peur, la fierté, la honte, l’excitation, la fatigue, la colère, l’amour à un tel degré d’intensité, pendant des jours, des mois, des années, sans en être complètement transfigurés ?

Oui… les parents sont des transfigurés. A leur contact, je suis rempli d’admiration et de stupeur. D’où leur vient cette force ? D’où leur vient cette vie ? Une chose est sure : leur sacerdoce est immense et ce n’est pas le mien. Je sais qu’ils connaissent et connaîtront des bonheurs, des peines aussi qui me resteront étrangers.

Je suis donc d’autant plus reconnaissant qu’ils m’offrent de côtoyer le grand mystère de leur quotidien, pour que je m’en réjouisse et m’en imprègne avant de repartir de mon côté.

Seigneur, fais que je n’oublie pas de si tôt ce qui m’est donné de voir et de vivre au cours de ces quelques jours.
Ô Marie, Bonne Mère, veille sur les familles : elles sont la première Eglise de ton Fils.

Pour aller plus loin

Des Belges au large à Marseille : échos d’élèves

Des Belges au large à Marseille : échos d’élèves

Environ 150 élèves et 50 adultes issus de huit établissements scolaires du réseau jésuite en Belgique francophone sont partis « Au large avec Ignace ». Témoignages de nombreux élèves et du P. Bernard Peeters sj.Tous dans le même rafiot Pour la plupart d’entre eux,...